Les troubles musculo-squelettiques, est-ce une fatalité ?

Publié le 11 décembre 2018

Depuis plus de 20 ans, les troubles musculo-squelettiques (TMS) constituent la première cause de maladie professionnelle en France. Ils représentent un coût financier important pour les entreprises et la collectivité.

L’incidence financière des TMS est loin d’être négligeable. Selon l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), le coût moyen d’un TMS est supérieur à 21 000 euros, et l’ensemble des TMS indemnisés en 2012 a généré une perte d’environ 10 millions de journées de travail et 1 milliard d’euros de frais, couverts par les cotisations employeurs.

Les troubles musculo-squelettiques, qu’est-ce que c’est ?

On désigne par TMS les troubles dont l’apparition, la persistance ou l’aggravation peut être associée à l’activité professionnelle.

Ces troubles concernent principalement les membres supérieurs, notamment le cou, les épaules et les poignets. Les TMS des membres inférieurs, moins fréquents, concernent principalement le genou.

Ils entraînent des douleurs, de la raideur, de la maladresse ou une perte de force et peuvent devenir irréversibles et être à l’origine d’un handicap durable.
Pour éviter que ces maladies deviennent chroniques, il est important de les diagnostiquer et de les prendre en charge le plus tôt possible.

Quelles sont les causes des TMS ?

Ces troubles sont la conséquence de causes multiples, à la fois physiques et psychologiques, notamment :

  • Le poste de travail et son environnement,
  • L’organisation du travail,
  • Le climat social de l’entreprise.

L’augmentation des TMS constatée au sein de la population active, peut être attribuée à l’accroissement des cadences et contraintes de productivité, au stress, à l’intensification des rythmes de travail, dans un contexte d’accroissement de l’âge moyen des salariés.

Qui est concerné par les TMS ?

Tous les secteurs d’activité sont concernés, même si l’agroalimentaire, la métallurgie, la construction automobile et le BTP concentrent la majorité des cas de TMS. Le risque est également fréquent dans les activités de services comme la bureautique (travail sur écran) ou les services à la personne.

Quelles sont les conséquences des TMS ?

Les TMS sont une source majeure de désorganisation et de baisse de productivité. Ils engendrent la perte d’une partie de la production et/ou de sa qualité, ou encore la diminution de l’expertise technique de l’entreprise, entraînant la réduction de sa performance et de sa compétitivité. Enfin, ils ont un impact majeur en termes d’absentéisme et de turnover.

Comment réduire les TMS ?

Des solutions de prévention peuvent être mises en place pour réduire le risque de TMS, en améliorant l’organisation, les procédures internes ou encore l’environnement physique de travail.

Une démarche de réduction des TMS consiste à :

  1. Identifier les risques en établissant un diagnostic personnalisé
  2. Définir les mesures correctives adaptées à chaque environnement
  3. Améliorer les procédures et former les salariés
  4. Evaluer la démarche de prévention pour la pérenniser

La CARSAT TMS PRO peut financer une partie de l’étude pour les entreprises de moins de 50 salariés.

Nos experts peuvent vous aider à constituer votre dossier et à le présenter pour obtenir le financement

>> Demandez votre dossier d’information