Engagement des entreprises pour l’emploi des travailleurs handicapés

Publié le 23 mai 2018

Emploi & Handicap : 15 Recommandations formulées par FRANCE STRATÉGIE

Source FRANCE STRATÉGIE : www.strategie.gouv.fr

Le 31 janvier 2018, Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des personnes handicapées, a demandé à la Plateforme RSE d’identifier les leviers les plus efficaces pour encourager les entreprises à prendre des initiatives volontaires en faveur de l’embauche et du maintien dans l’emploi en milieu ordinaire des travailleurs handicapés.

Pour élaborer ses recommandations, elle a constitué un groupe de travail, dressé un état des lieux, rencontré une trentaine d’acteurs et organisé quatre auditions. Elle a remis ces recommandations à Sophie Cluzel le 23 avril 2018.

Infographie

France Stratégie : Infographie Engagement des entreprises pour l’emploi TH

TÉLÉCHARGER le rapport complet

Les travailleurs handicapés ont 2 fois plus de chances d’être au chômage

  • En France, 5,7 millions de personnes en âge de travailler sont affectées d’un handicap. Parmi elles, 2,7 millions bénéficient de la reconnaissance administrative d’un handicap, ce qui représente 6,6 % de la population en âge de travailler.
  • La loi fixe l’objectif d’un taux de 6 % de travailleurs handicapés employés dans les entreprises ou les administrations de plus de 20 salariés. Le taux d’emploi direct calculé en équivalent temps plein est de 3,4 % dans le secteur privé.
  • Les personnes handicapées ont trois fois moins de chances d’être en emploi que les  personnes non handicapées ayant les mêmes caractéristiques et deux fois plus de chances d’être au chômage.

 

Les freins à l’inclusion des travailleurs handicapés

  • L’image du handicap en entreprise.
  • Le coût et l’investissement ressentis du handicap, notamment par les PME.
  • La formation des travailleurs handicapés, et plus précisément son inadéquation avec les compétences recherchées par les entreprises.

 

La Plateforme RSE a recensé plusieurs bonnes pratiques

  • Les bonnes pratiques recensées visent notamment à favoriser l’accès des travailleurs handicapés à la formation, à mieux accueillir les collaborateurs handicapés, à valoriser les entreprises handi-accueillantes (chartes d’engagement volontaire, trophées, classements, labels…).
  • Ces bonnes pratiques s’appuient sur des coopérations nouées entre entreprises (entre grandes entreprises et PME, entre plusieurs PME, entre entreprises du milieu ordinaire et secteur du travail adapté ou protégé) ou entre les entreprises et le monde associatif. Les pratiques d’achat responsable y contribuent également.

 

La Plateforme RSE a formulé une quinzaine de recommandations portant sur :

La formation et l’orientation des travailleurs handicapés

  • renforcer l’accès des jeunes handicapés aux dispositifs assurant une bonne transition des études vers l’emploi (stages, alternance, parrainage),
  • développer les partenariats au niveau territorial entre les organisations professionnelles, les écoles, les universités et les entreprises,
  • mieux cibler l’action des organismes chargés de la formation et de l’insertion des travailleurs handicapées.

Le recrutement de travailleurs handicapés

  • encourager la création de bourses d’emploi au niveau d’un territoire ou d’une branche,
  • identifier un interlocuteur unique pour les entreprises au niveau des bassins d’emploi,
  • promouvoir l’emploi accompagné.

L’accueil et le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés

  • renforcer la communication, la sensibilisation et la formation pour tous les acteurs concernés,
  • mieux faire connaître les règlementations applicables, les dispositifs d’aide existants et les acteurs susceptibles d’accompagner les entreprises.

La reconnaissance des entreprises handi-accueillantes

  • valoriser les entreprises qui ont développé une approche globale du sujet, en s’appuyant par exemple sur la norme française « entreprise handi-accueillante »,
  • publier un guide relatif aux nouvelles dispositions sur le reporting RSE.

L’inscription de la question dans les consultations de parties prenantes organisées pour conduire les démarches de responsabilité sociale de l’entreprise, en y associant si possible des travailleurs handicapés ou des organisations les représentant.

Le soutien à l’innovation sociale :

  • créer des passerelles entre les PME, les grandes entreprises et les autres acteurs d’un même territoire pour favoriser le maintien dans l’emploi,
  • mener des expérimentations (création d’entreprises adaptées ou de groupements d’employeurs par des entreprises d’un même bassin d’emploi, parrainage de PME par d’autres PME ou par des grandes entreprises, mutualisation de ressources, mécénat de compétences à destination des PME).

L’action à l’international : promouvoir les pratiques responsables des entreprises, y compris dans leurs implantations et filiales à l’étranger, et en rendre compte.

L’évaluation des pratiques : mettre en œuvre un dispositif d’évaluation des expérimentations, dans une perspective d’essaimage et de changement d’échelle.